Pôle urbain de Diamniadio : Les chantiers de la Sogip bientôt livrés

0
160

La gare des gros porteurs, le marché d’intérêt national, le complexe sportif Dakar Arena et le centre des expositions, quatre chantiers phares de la Société de gestion des infrastructures, dans les pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (Sogip), seront inaugurés d’ici à décembre 2018. C’est l’assurance donnée par le directeur général de cette société, Gallo Bâ, au cours d’un atelier d’informations et d’échanges sur les infrastructures publiques suivi d’une visite de chantiers.

Les projets de la deuxième génération sur le Pôle urbain de Diamniadio, notamment ceux gérés par la Société de gestion des infrastructures publiques dans les Pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (Sogip), sont en phase très avancée.

Après l’inauguration de l’hôtel d’affaires Radisson Diamniadio, quatre autres infrastructures publiques de grande envergure, à savoir, la gare des gros porteurs, le marché d’intérêt national, le complexe sportif Dakar Arena et le centre des expositions (Dakar expo center), seront inaugurés au plus tard en décembre 2018.

Pour constater l’état d’avancement des travaux dans le Pôle urbain de Diamniadio, la Sogip a organisé, mercredi, un atelier d’informations et d’échanges au Cicad, suivi d’une visite de presse sur les sites de ces quatre infrastructures en cours de réalisation.

Au cours des échanges, la chargée de marketing et de la communication de la Sogip, Tabara Diallo Diop, a fait un constat sans appel sur le déficit ou l’état des infrastructures dans notre pays. Celles-ci se caractérisent, à son avis, par leur mauvais entretien, leur dévalorisation et leur sous-exploitation.

Le directeur général de la Sogip, Gallo Bâ, souligne, quant à lui, que « ces infrastructures constituent le fruit d’une volonté politique affirmée de bâtir des ouvrages de qualité, innovants et pérennes, destinés à accélérer l’éclosion de ces nouvelles villes modernes, fonctionnelles et attractives ». Il s’agit, selon lui, d’« une nouvelle politique d’aménagement du territoire et d’urbanisme qui dessine les contours du Sénégal de demain ».

D’autant plus que, souligne Mme Diop, la philosophie de la Sogip repose sur quatre piliers : l’innovation (pertinence sociale et économique comme facteur d’intégration), l’accessibilité, la pérennité et la rentabilité en point de mire (facteur de croissance).

Le directeur général de la Sogip rassure que la qualité du sol notamment sur le site de Diamniadio constitue un facteur déterminant dans la pérennité des ouvrages.

Sol gonflant
A ce propos, le directeur technique de la Sogip, Alhousseynou Ndiaye, soutient que la bonne démarche, dans la construction des infrastructures structurantes, c’est d’adopter les fondations en fonction de l’étude de sol. Le sol de Diamniadio est en mesure, dit-il, « de recevoir des infrastructures et des ouvrages de haute qualité ».
Sur le terrain, ouvriers et ingénieurs sont à pied d’œuvre avec en ligne de mire de livrer les infrastructures à date échue. Bâtie sur 11 ha, et à quelques mètres de la route nationale, la gare des gros porteurs a une capacité d’accueil de 220 camions avec des aires pour des produits frais et secs, un bâtiment administratif, une aire de repos.
Le taux d’exécution des travaux est estimé à 40% et la livraison prévue en décembre 2018. Non loin d’ici, les fondations du marché d’intérêt national sortent de terre. Ouvriers et ingénieurs sont sur le hangar en charpente métallique érigé sur 6 ha. 75 magasins de 150 m2 seront construits à l’intérieur, en plus des 65 boutiques sur sa façade extérieure. Le taux d’avancement des travaux est à 50 %. Alors qu’à Dakar Arena, il est à 80 %, précise l’ingénieur en génie civil, Mouminy Mbacké Bousso.

Ce complexe sportif de dernière génération a une capacité d’accueil de 13.049 places et peut abriter des disciplines comme le basketball, le handball, la boxe, etc. Entamé en septembre 2017, il sera inauguré en août prochain.

A l’image des autres infrastructures, au centre d’exposition, les travaux avancent. Le taux d’exécution est à 25 %. Sur place, les fondations sortent de terre. Quant à la toiture, elle sera en charpente métallique. Réalisé sur 4,5 ha, ce centre d’exposition destiné à recevoir de grandes manifestations, des foires a une capacité d’accueil de 15.000 personnes et un parking de 145 places. La réception de cette infrastructure est prévue en juillet prochain.

A l’issue de la visite des sites, le directeur général de la Sogip a notamment indiqué qu’il s’agit là d’ « infrastructures clés à la main, conçues dans une grande synergie et de manière complémentaire » et visant à « favoriser le désengorgement de Dakar et l’émergence de notre pays ». « Il faut dire que ce n’est pas évident de réaliser de telles infrastructures en si peu de temps, mais là, c’est une véritable innovation. Les travaux avancent convenablement. Nous sommes dans le temps de l’action », a-t-il fait savoir.

148 MILLIARDS DE FCFA MOBILISÉS POUR LA RÉALISATION DE CES INFRASTRUCTURES STRUCTURANTES
Le directeur général de la Sogip, Gallo Bâ, a profité de l’occasion pour préciser que ces infrastructures publiques constituent le fruit de la coopération entre le Sénégal et la Turquie et plus particulièrement des conventions de financements entre Eximbank-Turquie et notre pays.
A cet effet, l’État a contracté un prêt de 148 milliards de FCfa auprès de la banque turque. Le directeur général de la Sogip a indiqué que la réalisation de l’hôtel d’affaires, du parc des expositions et du complexe sportif Dakar Arena a nécessité la mobilisation d’une enveloppe financière de 96 milliards de FCfa, contre 52 milliards de FCfa pour le marché d’intérêt national et la gare des gros porteurs.
Ces conventions de financement tiennent compte de la conception, de la réalisation et de l’équipement, souligne M. Bâ. Pour la rentabilité de ces infrastructures, le directeur général de la Sogip précise qu’elle interviendra après leur mise en service comme c’est déjà le cas avec l’hôtel Radisson. « Du fait des investissements consentis par l’État, nous sommes appelés à assurer une rentabilité financière. Nous ne manquerons pas de passer des conventions avec des entreprises privées expertes dans les différents domaines, mais également pour assurer la pérennité de ces infrastructures par une maintenance de qualité », relève-t-il, tout en ajoutant que l’hôtel d’affaires réalisé dans les mêmes circonstances est en train d’être exploité.
source : Le Soleil

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here